Bien choisir ses poissons pour soutenir la pêche durable

Victimes de la pêche intensive et du braconnage, certaines espèces de poissons voient leur population diminuer de façon alarmante. Certaines sont menacées comme le thon rouge, ou certains requins et mérous, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Pêche intensive, braconnage, destruction des écosystèmes marins… Les menaces pesant sur les ressources marines sont nombreuses et certaines espèces de poissons sont menacées selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Pourtant, la consommation de poisson est plébiscitée pour ses apports nutritionnels. Carrefour a suspendu la commercialisation d’espèces sensibles comme les requins (hors roussette), le sabre, le grenadier. Mais comment s’y retrouver face à l’étal du poissonnier et quels produits privilégier pour soutenir les pêcheries responsables ?

Un indicateur vous y aidera : le label MSC. Facilement identifiable à son logo bleu, cette certification volontaire a été obtenue par près d’une trentaine d’espèces de poissons et de crustacés à ce jour.

Que garantit le label MSC ?

Trois éléments sont surveillés par le MSC (Marine Stewardship Council), l’organisation indépendante à but non lucratif qui délivre ce label : la pérennité des stocks de poisson, l’impact environnemental minimisé et une gestion efficace et règlementée. Concrètement, le poisson estampillé d’un logo MSC n’appartient pas à une espèce menacée, il a été pêché sans nuire à la biodiversité locale, et les quantités pêchées sont définies de façon concertée avec les pêcheurs pour ne pas prélever plus qu’il ne faut.

Comment est attribué le label MSC ?

Pour être certifiée MSC, une pêcherie doit d’abord être évaluée selon le référentiel environnemental du MSC par un organisme de certification. Elle sera ensuite soumise à un audit annuel de surveillance pour vérifier la conformité aux exigences de certification du MSC. Actuellement, 306 pêcheries sont certifiées dans le monde, dont 9 en France(1), comme étant durables et bien gérées dans le cadre du programme MSC.

Adopter une consommation responsable, c’est également privilégier la pêche française, qui génère moins de transport et s’appuie sur une règlementation stricte, opter également pour des poissons d’aquaculture responsable (certifiée ASC, Bio ou Filière Qualité Carrefour) et varier les espèces achetées : cela permet de répartir la pression de pêche… et de varier les plaisirs !

Où trouver les produits labellisés MSC ?

Sur son site Internet, le Marine Stewardship Council propose un moteur de recherche de produits de la mer durables. Cela permet de trouver l’ensemble des produits labellisés MSC dans son pays, mais aussi de soutenir des pêcheries qui contribuent à la protection des mers et des océans dans le monde. Car consommer d’autres espèces participe aussi à la sauvegarde de celles qui sont trop plébiscitées.

(1) Pêcheries de crépidule de la baie de Cancale, de lieu noir de mer du Nord, de sardine de bolinche de Bretagne sud, de homard du Cotentin et de Jersey, d’églefin et de cabillaud d’Arctique nord-est, de légine de Kerguelen et Crozet, de hareng de Manche est et mer du Nord, de merlan bleu d’Atlantique nord-est, de sole de Manche est et mer du Nord. S’y ajoutent deux pêcheries en cours de certification : celle de bulot de la baie de Granville et celle de thon germon et albacore à la palangre en Polynésie française.