Gérard Apfeldorfer, l’ennemi des régimes, l’ami de votre corps

Ce psychiatre de 70 ans a consacré sa vie au comportement alimentaire. Le mouvement GROS qu’il a créé il y a 20 ans lutte contre la dictature des régimes et prône l’alimentation intuitive pour un rapport assaini avec la nourriture et le corps.

Le GROS a vingt ans et il n’a pas fini de faire parler de lui. Le GROS ? L’acronyme est plutôt gonflé : Groupe de réflexion sur l’obésité et le surpoids. Une structure qui a tout simplement révolutionné la nutrition en France. A l’origine du GROS en 1998 se trouve non pas un nutritionniste mais un psychiatre, Gérard Apfeldorfer. Une spécificité qui dit tout de son combat. « La privation et l’hyper-contrôle de l’alimentation engendrent des effets néfastes sur la prise poids, c’est ce qu’ont clairement démontré nos études », rappelle-t-il.

Non aux régimes alimentaires, place à l’alimentation intuitive, tel est le mode d’ordre de ce mouvement qui fédère des thérapeutes de toutes écoles et de toutes formations, médecins généralistes et spécialistes, psychologues, diététiciens, paramédicaux, tous confrontés à des personnes en difficulté avec leur poids et leur comportement alimentaire.

Psychiatre à la retraite, aujourd’hui âgé de 70 ans, Gérard Apfeldorfer a contracté le virus de la nutrition assez tôt dans son parcours professionnel. Son diplôme de médecine en poche en 1973, ce Lyonnais valide son CES (certificat d’enseignement spécialisé) de psychiatrie à Paris en 1978. Il intègre alors le service d’explorations fonctionnelles nutritionnelles du célèbre professeur Marian Apfelbaum pendant six années. C’est la révélation. « Nous cherchions des alternatives aux régimes qui étaient à la mode à l’époque mais qui étaient peu satisfaisants », se souvient-il.

Avec le GROS, à partir de 1998, Gérard Apfeldorfer va lutter contre tous les régimes, qui aggravent la situation des personnes en surcharge pondérale. Et préconise plutôt une thérapie en trois volets basée sur l’alimentation intuitive, la gestion de ses émotions et la lutte contre la pression sociale.

Assainir le rapport à la nourriture

« L’alimentation intuitive utilise la technique de méditation de pleine conscience qui encourage la focalisation sur les sensations ressenties dans l’instant présent. Le sujet se concentre sur ses sensations alimentaires pour rééquilibrer naturellement son comportement et assainir son rapport à la nourriture », détaille Gérard Apfeldorfer, auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, dont « Maigrir c’est dans la tête ».

Il raconte que le mouvement de l’alimentation intuitive a été rendu célèbre par la publication d’un livre devenu best-seller, « Intuitive Eating : A Revolutionary Program That Works », publié aux États-Unis en 2003 par deux diététiciennes universitaires, Evelyn Tribole et Elyse Resch.

Ce concept, validé par les études scientifiques les plus sérieuses, comme celles de l’Inserm, a fait ses preuves auprès de milliers de personnes. En France, c’est Gérard Apfeldorfer et le nutritionniste Jean-Philippe Zermati qui l’ont popularisé. Ils sont les fondateurs de la méthode Linecoaching. Sur leur plateforme www.linecoaching.com, les personnes en situation d’obésité et en détresse alimentaire peuvent s’inscrire et suivre un programme personnalisé à distance en lien étroit avec des professionnels qualifiés.

« Nous défendons l’idée que l’on ne choisit pas son poids. De plus, la compréhension de ses émotions et de son rapport à elle est primordiale. Enfin, nous sensibilisons les pouvoirs publics pour faire cesser la stigmatisation des obèses qui aggrave leur détresse… et leur fait prendre du poids », ajoute le docteur Apfeldorfer. Un discours bienveillant que le septuagénaire tient aussi… à ses quatre petits-enfants.