Le gras : votre meilleur ennemi est aussi votre meilleur ami !

Critiquées et souvent évitées, les graisses sont pourtant indispensables au bon fonctionnement de notre organisme. Encore faut-il être capable de distinguer le bon du mauvais gras. Suivez le guide.

« Le gras, voilà l’ennemi ! Il fait grossir et bouche nos artères… » C’est aller vite en besogne car s’il y a du mauvais gras, il y a aussi du bon gras et même du gras indispensable. Certaines matières grasses sont visibles à l’œil nu, telles que les huiles, le beurre ou encore la crème fraîche. D’autres sont cachées dans certains produits transformés comme les viennoiseries, les gâteaux apéritifs, le fromage, la charcuterie ou encore les plats cuisinés. Comment faire le tri ?

Privilégiez les aliments naturellement riches en bon gras pour éloigner les risques de maladies.

Les matières grasses, aussi appelées « lipides », constituent une des trois familles de macronutriments indispensables à l’organisme, avec les glucides et les protéines. Mais en quoi contribuent-elles à votre santé ? Elles fournissent une part de l’énergie nécessaire au bon fonctionnement du corps. D’autre part, les matières grasses jouent un rôle primordial au niveau des membranes de nos cellules (peau, artères, neurones…), et facilitent l’absorption des vitamines.

Pour l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES), « la part recommandée des lipides dans l’apport énergétique est de 35 à 40 %. Cette fourchette permet d’assurer la couverture des besoins en acides gras essentiels et indispensables, et prend en compte la prévention des pathologies. La limite haute de cette fourchette est dépassée en France par environ 43 % des adultes et 34 % des enfants ».

Mais quels sont les différents types de matières grasses et lesquelles privilégier ?

Les acides gras dits essentiels ne sont pas fabriqués par l’organisme et sont pourtant indispensables à son bon fonctionnement : c’est le « bon gras ». Bienvenue au royaume des omégas !

  • Les acides gras polyinsaturés omégas 3 présents dans les poissons gras (maquereaux, sardines, saumon), dans les huiles de colza et de lin ou encore dans certains fruits oléagineux comme les noix, ne sont pas consommés en quantité suffisante par les Français.
  • Les acides gras polyinsaturés omégas 6 présents dans les huiles de pépins de raisin, de soja, de tournesol ou encore de maïs, dans les cacahuètes ou, en proportions plus modestes, dans les œufs et la viande.

Attention, les acides gras omégas 6 sont consommés en plus grande quantité que les acides gras omégas 3 par les Français. Il est important de rééquilibrer ses apports en augmentant la consommation d’omégas 3.

Les acides gras mono-insaturés  oméga 9, présents dans l’huile d’olive et de colza, l’avocat, les noisettes ou encore les amandes, sont à consommer régulièrement.

Les acides gras saturés. En abuser peut favoriser le dépôt de plaques de cholestérol dans vos artères, mais, bien choisis et consommés avec modération, ils peuvent également avoir des effets positifs sur la santé. Où les trouve-t-on ? Principalement dans le fromage, les viandes grasses, les biscuits, le beurre ou encore l’huile de palme.  Alors quelles sources choisir ? Le chocolat noir et le beurre, notamment, contiennent un acide gras neutre, qui n’a pas d’effet néfaste sur le taux de cholestérol.

Les acides gras trans. C’est le « très mauvais gras », celui qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires. On en trouve dans certains produits alimentaires industriellement transformés tels que les margarines, les plats préparés, les viennoiseries, les biscuits apéritifs ou encore certains biscuits sucrés. Ils sont repérables dans la liste des ingrédients à la mention « huile partiellement hydrogénée » et sont à éviter au maximum.

Même si votre rythme de vie vous pousse parfois à faire quelques écarts pour gagner du temps et vous nourrir vite avec des produits et des plats préparés, attention à votre santé ! L’important est de mesurer votre consommation de graisses mais aussi d’en varier les formes. Vous pouvez vous fier aux labels et aux chartes qualité des producteurs et distributeurs pour vous assurer de la qualité des aliments gras que vous ingérez.